Non, le cannabis n’influe pas sur les problèmes de santé

Depuis quelques semaines, l’actualité cannabique évoque les risques de psychoses ou névroses chez les adolescents consommateurs de cannabis. Une étude à grande échelle prouve qu’il n’y a aucune incidence.

Enfin, une étude à longue échelle qui vient contredire cette actualité franco-française concernant les risques de maladies mentales aggravés chez les ados fumeurs de cannabis. La recherche a été menée aux Etats-Unis et vient d’être publiée dans le Psychology of Addictive Behaviors (Psychologie des comportements addictifs).

Plus de 400 participants ont été suivis de l’adolescence à l’âge adulte. Qu’ils fussent fumeurs occasionnels ou habituels, les résultats de l’enquête sont suffisamment éloquents pour conclure au risque zéro de troubles physiques ou psychiques.

12 ans de suivi sur 408 ados fumant du cannabis

Les chercheurs de l’Université de Pittsburgh (Pennsylvanie) et ceux de l’Université Rutgers (New Jersey) ont travaillé ensemble sur un panel de 408 ados de sexe masculin. (L’absence de sujet féminin n’est pas expliquée.) Pendant 12 ans, les participants volontaires ont été questionnés une à deux fois par an. Puis, en 2009 et 2010, alors âgés de 36 ans, chacun d’entre eux a répondu à un questionnaire.

frequence-de-consommation-annuelle-de-cannabis-par-age

4 groupes ont été constitués selon les habitudes de consommation :

  • 46 % ne consommant pas ou très peu,
  • 22 % de consommateurs chroniques précoces. L’usage est généralement élevé à l’âge de 22 ans,
  • 11 % de consommateurs exclusivement à l’adolescence,
  • 21 % de consommateurs ayant commencé à l’adolescence et n’ayant jamais cessé.

Les résultats de la recherche ne montrent aucune incidence sur la santé mentale selon qu’ils soient non-consommateurs ou forts consommateurs.

resultat-descriptif-de-l'incidence-sur-la-sante

Des études précédentes avait exposé des facteurs d’augmentation de symptômes psychotiques, cancer, asthme. L’étude américaine démontre le contraire.

Les auteurs restent cependant modestes :

Nous souhaitons contribuer au débat sur la légalisation du cannabis (…) notre étude ne doit pas être prise de manière isolée. »

Source : Psychology of Addictive Behaviors.

Depuis quelques semaines, l’actualité cannabique évoque les risques de psychoses ou névroses chez les adolescents consommateurs de cannabis. Une étude à grande échelle prouve qu’il n’y a aucune incidence. Enfin, une étude à longue échelle qui vient contredire cette actualité franco-française concernant les risques de maladies mentales aggravés chez les ados fumeurs de cannabis. La recherche a été menée aux Etats-Unis et vient d’être publiée dans le Psychology of Addictive Behaviors (Psychologie des comportements addictifs). Plus de 400 participants ont été suivis de l’adolescence à l’âge adulte. Qu’ils fussent fumeurs occasionnels ou habituels, les résultats de l’enquête sont suffisamment éloquents…

Passage en revue

Merci !

Résumé : Un commentaire ? Exprimez-vous.

Note de l'utilisateur Soyez le premier ou la première !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Captcha Captcha Reload