Canada : sur la route de l’Or Vert

Légalisation du cannabis au Canada

Justin Trudeau l’avait promis lors de sa campagne électorale. Le premier ministre canadien fraîchement élu s’était érigé en fervent défenseur de la légalisation de ce que les Québécois appellent la mari.

La victoire des libéraux a été joyeusement accueillie par la Bourse de Toronto. Les entreprises du cannabis thérapeutique ont vu leurs actions monter en flèche. Le titre de Canopy Growth a notamment grimpé de 68 %, seulement pour le mois d’octobre 2015.

De nombreux investisseurs s’étaient préparés à la loi sur la légalisation du cannabis récréatif. Par exemple, Tweed Marijuana, qui est cotée en bourse. Le siège annonce avoir investi 65 millions de dollars canadiens (soit 45 millions d’euros). Son fondateur, Bruce Linton, se dit « optimiste » quant à l’ouverture des premiers coffee shop dans le pays d’ici à un an.

Le Canada dénombre 26 producteurs agréés par l’Etat pour produire du cannabis thérapeutique. Depuis l’autorisation de l’usage et de la production du cannabis médicinal, plus de 1400 demandes d’agrégation ont été envoyées à Santé Canada. Les trois quarts ont été refusées. A ce jour, 389 demandes sont étudiées par l’organisme « responsable d’aider les Canadiens à maintenir et à améliorer leur état de santé. »

Une femme à la tête de 30 000 pieds de cannabis

Tilray fait partie des 26 entreprises agrémentées par le Canada à produire du cannabis thérapeutique. En avril dernier, la société a investi 25 millions de dollars (17 millions d’euros) pour faire pousser du cannabis à grande échelle. Françoise Lévesque est la productrice en chef de l’agronomie dans la société. Elle est responsable d’une production de marijuana étalée sur presque 2 hectares de terrain. 30 000 pieds de cannabis y poussent en toute légalité. Alors que la loi légalisant l’usage récréatif du cannabis n’est pas encore passée, le marché du travail dans le domaine de la marijuana s’en trouve revigoré. Chez Tilray, 140 personnes travaillent à temps plein sur ce type de culture.

En attendant la légalisation du cannabis

La manière dont le nouveau premier ministre canadien va s’y prendre pour faire passer la loi n’est pas encore connue. La teneur du projet législatif n’est pas encore dévoilée non plus. Certains investisseurs dans le commerce du cannabis estiment qu’il faut rester prudent. Un militant du Parti libéral canadien et qui suit le dossier « cannabis » depuis le début prévient que rien n’est gagné d’avance. « Plein de gens vont spéculer. Tout le monde voit la ruée de l’or vert. Ca se pourrait, mais beaucoup vont perdre leur chemise dans le processus. »

De son côté, la population canadienne est largement favorable à la légalisation.
Ainsi, 66,5 % des Québécois interrogés se disent « pour la légalisation » selon un sondage mené par l’organisme Ekos.
70,9 % se disent contre la criminalisation. Le panel estime la possession de petites quantités d’herbe ne devrait pas être un crime. »

Quelles que soient les conditions du changement, le changement aura lieu dans la « Belle province ». Reste à en connaître les modalités.

Justin Trudeau l’avait promis lors de sa campagne électorale. Le premier ministre canadien fraîchement élu s’était érigé en fervent défenseur de la légalisation de ce que les Québécois appellent la mari. La victoire des libéraux a été joyeusement accueillie par la Bourse de Toronto. Les entreprises du cannabis thérapeutique ont vu leurs actions monter en flèche. Le titre de Canopy Growth a notamment grimpé de 68 %, seulement pour le mois d’octobre 2015. De nombreux investisseurs s’étaient préparés à la loi sur la légalisation du cannabis récréatif. Par exemple, Tweed Marijuana, qui est cotée en bourse. Le siège annonce avoir…

Passage en revue

Merci !

Résumé : Vos avis, vos commentaires

Note de l'utilisateur Soyez le premier ou la première !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Captcha Captcha Reload